Daft Punk: Code R.A.M.

»Random Access Memories«, le dernier album du légendaire duo de robots vient d’arriver. Tout le monde en parle, attend, échange. Parlons-en avec SebastiAn (Ed Banger Records): »Au final, quand tu y penses, c’est con, mais bon: l’album se définit très bien par rapport à son nom. Le R.A.M. qui est l’unité de stockage informatique mise au pluriel pour donner le jeu de mot de son contenu, c’est juste parfait …

»deutsche Ûbersetzung

»Comme la Légende du Phénix, Tout se termine par les commencements« (»Get Lucky«, R.A.M.)

Noel Akchoté: Tu sais qui fait la promo du Daft? Je vais faire le texte pour skug, on cherche des photos de couverture possibles?

Sebastian: Ouais, j’vais leurs demander, j’te dis ca rapidement. T’as écouté? T’en pense quoi? Bises, S.

J’adore en fait, totalement. Ça me fait la même impression que quand je réécoute Philip Catherine depuis 30 ans, puis que je le rappelle, et dans ce cas précis tout autant avec Nile Rodgers. Pas du tout passéiste, zéro mode, que le contenu.

C’est très honnête dans la démarche… j’avais remarque ça pendant la tournée qu’on a fait ensemble, vu qu’ils ne se montrent pas, il ne vivent pas a proprement parler leur succès comme les personnes qui s’affichent ouvertement. Ils sont en vase clos et tout est dirigé vers la musique. Tout reste en interne et y’a pas de troubles extérieurs a ce qu’ils ont envie de faire ou de donner. Ça se ressent sur la longueur maintenant …

Clairement un geste des origines, du fond d’eux-mêmes, oui. Une forme de sérénité aussi, je trouve.

Ils ont vraiment compris leur époque je crois, ils arrivent par exemple avec »Get Lucky« (Single de l’album paru avant), qui est ouvertement une ode à une époque qu’ils aiment, tout en sachant que y’a pas véritablement de sens à l’histoire en musique … tu vas là où t’aimes aller … malgré le poids des exigences populaires, ils ne se restreignent pas à faire »ce qu’ils auraient du faire«, ils font comme ils aiment …

Mais le gros populaire lourd c’est quand le business cynique pense savoir quelle merde la masse veut (et à sa place). Alors que quand c’est pop parce que vrai, avec amour, que ça touche tout le monde, là tout prouve justement le contraire.

C’est très exactement ce que me répète Guy-Manuel (de Homem-Christo, moitié du groupe), depuis que je l’ai rencontré. Au final, c’est drôle, mais cette musique, malgré mon »jeune âge«, je la connais de par toi!

»Ce qui toujours fait tourner la planète, La force des commencements. Debout la nuit entière, Pour accueillir La Chance.« (»Get Lucky«)

La pop a toujours été dirigée plus ou moins volontairement vers l’impulsivité émotionnelle la plus immédiate et la plus simple. Celle qu’on retrouve généralement dans la jeunesse (quelque soit l’âge d’ailleurs). Ils ont ce truc d’arriver à ramener les gens à ces sentiments, qu’ils retrouvent eux-mêmes en faisant leur musique, y’a un grand sens du partage que l’on ressent chez eux… Nile Rodgers après avoir bossé avec eux , c’est très bien expliqué là dessus d’ailleurs … ça fonctionnait parce qu’ils sont dans le plaisir sincère et instantané, ils réagissent pas, juste ils »font« …Y’a passage de mains sur les références, clairement, et c’est assez touchant. Comme avec Giorgio Moroder, ils auraient pu lui demander de faire un morceau ensemble, mais ils ont préféré prendre uniquement la voix et l’histoire, pour mieux faire ressortir l’humilité qu’ils ont vis à vis de ce qui a été fait avant eux … On dit aussi beaucoup qu’ils »réagissent« à ce qui se fait en ce moment, mais les connaissant, j’ai pas cette sensation, j’ai l’impression depuis le début qu’ils font juste une sorte de travail (plus ou moins conscient mais surtout très instinctif) sur les choses qu’ils aiment …

Tiens d’ailleurs: »Tout véritable producteur sait qu’en musique l’outil marketing le plus puissant, c’est la répétition.« (Nile Rodgers)

Le truc des Daft quand tu les rencontres, c’est pas lointain, y’a pas spécifiquement d’aura au sens propre, ils ont l’air de deux mecs vraiment très simples (qu’ils sont d’ailleurs dans la vie courante), mais c’est quand tu cause avec que tout prend son sens… c’est des vrais-vrais passionnés, des vrais amoureux… y’a énormément d’humilité et de volonté de savoir, d’apprendre… C’est pour ça qu’on est loin du cliché journalistique de la »French Touch« en ce qui les concernent. En réalité, musicalement, je crois que ce sont de très bons traducteurs générationnels… et c’est drôle, sur R.A.M., on ne reconnait pas tout de suite leur »patte« dans les compositions. Par contre on reconnait vraiment cette démarche qui leur est propre … Y’a un renouvellement par la volonté de faire découvrir une autre séquence de la musique. On sent beaucoup ça dans le disque je trouve… t’as du remarquer ça autant que moi, mais y’a une dimension subtilement mélancolique dans ce type de musique qu’on ne retrouvait plus depuis pas mal de temps, les émotions en musique pop depuis environs une décennie devenaient assez brut de décoffrage … c’était soit »triste«, soit »pas content« soit »très énervé« soit joyeusement débile … et là ils reviennent a un truc qu’a pas été entendu voir même pas connu (pour les plus jeunes) depuis un bail finalement … c’est pas nouveau pour les gens qui ont connu cette musique à l’époque où elle est née, mais amené au grand publique comme ils le font là, c’est assez fin je trouve …

»La majorité des chansons parlent d’amour, exactement comme l’amour de l’époque à laquelle ils rendent hommage«. (Posté par Lil Misty, The Daft Club/Forum).

Cet album c’est un très beau retour, vraiment quelle classe la carrière de ces deux là …

»Le son d’hier & la musique de demain: Cet album ouvre des portes dans les deux sens de l’histoire. Il me ramène à une époque où je n’existais pas … il permet aussi à ceux de cette époque d’écouter des styles modernes de musique. Ils me donnent envie de découvrir toute la musique à laquelle il font référence, donne envie de prendre un instrument et de se mettre à jouer, donne envie à tous de créer en fait. Cet album est une inspiration qui nourrit l’inspiration. Cet album est tout simplement humain. Posté par Dr.GoFast, Amsterdam, Aujourd’hui à 18:08.«

Les connaissant plutôt bien, les références de ce disque, c’est vraiment ce qu’ils écoutent chez eux. C’est toujours très pédagogique quand t’y penses… Avec le premier album ils ont fait connaitre la techno au plus grand nombre qui ne connaissait pas, le deuxième s’attaquait à la Pop, le troisième rejouait l’époque la grande époque du rock (de Led Zeppelin à Zappa sans oublier Alan Vega) mais le dernier, ça me fait marrer de voir des très jeunes adorer des disques qu’ils n’auraient jamais écoutés autrement. Mais eux, les Daft, arrivent vraiment à faire passer ça comme une lettre à la poste …

Je pense pareil.